Comment installer Archlinux ?

8 février 2016 Serveur 0 Commentaire

Je ne sais pas pourquoi mais la dernière fois que j’ai voulu installer Archlinux j’avais rencontré quelques difficultés. J’ai enfin réussi en me basant sur plusieurs documentations. Donc voilà un petit mémo tout beau tout chaud.

 

Si vous souhaitez y ajouter un environnement graphique ou installer archlinux avec un BIOS UEFI je vous conseille l’excellent guide rédigé par Frédéric Bezies .

 

Installer Archlinux

Pour commencer il faut télécharger ArchLinux (ça parait plutôt évident)

Une fois que la distribution est téléchargée, selon vos besoins, gravez-là, faites-en une clé USB bootable ou créez une machine virtuelle (dans ce cas précis il faudra choisir Linux 2.6.x kernel).

Maintenant que vous avez démarré votre ordinateur, serveur ou machine virtuelle choisissez une installation 32 bits ou 64 bits en fonction de vos envies et possibilités. Ici nous partirons sur une installation 64 bits.

 

Installer ArchLinux

 

Installer Archlinux et sa base

Une fois que le système a terminé de booter, vous serez directement logué en tant que root

 

Installer Archlinux

 

Puisque une connexion internet est requise durant l’installation vérifiez que tout fonctionne en lancant un ping vers google

ping google.com

 

 

Installer Archlinux

 

 

1 – Partitionnement des disques

Internet fonctionne, cool ! Maintenant on peut continuer et s’occuper du partitionnement. Pour vérifiez la table des partitions lancez

fdisk -l

 

Comme vous pouvez le remarquer ci-dessous, nous travaillons avec un disque dur d’une capacité de 20 GB. 

Installer Archlinux

 

Afin de partitionner un HDD il est possible de travailler avec deux utilitaires : Fdisk et Cfdisk. Nous allons utiliser cfdisk et créer 3 partitions :

  • Une partition root /dev/sda1 – une partition primaire bootable – 10 GB – formatée en ext4
  • Une partition swap /dev/sda2 – une partition primaire – 2048M
  • Une partition logique, contenant notre home, utilisant le reste de l’espace disque et formatée en ext4

Lancez donc l’utilitaire de partitionnement via la commande suivante

cfdisk

 

Lorsque l’on vous demande de sélectionner un label type, choisissez dos

Installer Archlinux

 

Créons notre partition primaire, sélectionner New

Installer Archlinux

 

Définissez la taille de cette partition, ici comme prévu 10GB

Installer Archlinux

 

Il faut maintenant définir le type de partition, primaire, logique, swap ou autre. Comme mentionné précédemment cette première partition sera logique, bootable et formatée en ext4

Installer Archlinux

 

Rendons cette partition bootable

Installer Archlinux

 

Puis sélectionnez Write afin d’écrire cette table de partition sur le disque

Installer Archlinux

 

Choisissez Yes afin de valider votre choix

Installer Archlinux

 

Il faut maintenant recommencer cette opération afin de créer une partition pour le swap. Sélectionnez New

Installer Archlinux

 

Définissez la taille de votre Swap, dans cette exemple 2048M

Installer Archlinux

 

Choisissez Primaire comme type de partition

Installer Archlinux

 

Enregistrez ces modifications en « cliquant » sur Write et validez les.

Passons maintenant à la partition logique étendue. Sélectionnez New

Installer Archlinux

 

Cette partition étant la dernière que nous allons créer nous lui attribuons tout l’espace disponible restant sur le disque dur (dans notre cas 8GB)

Installer Archlinux

 

Cette fois sélectionnez Extended et non pas primaire

Installer Archlinux

 

Maintenant sélectionnez Free Space, via la fleche du bas, et sélectionnez New

Installer Archlinux

 

 

 

Attribuez les 8G nécessaire à votre future partition Home, puis comme pour les deux autres partitions, validez via Write et Yes

Installer Archlinux

 

L’outil de partitionnement affiche nos partitions nous pouvons donc quitter via Quit (plutot logique me direz-vous)

Installer Archlinux

 

Vous pouvez vérifiez l’état de votre partitionnement via la commande suivante

fdisk -l

Installer Archlinux

 

 

2 – Formatage des partitions

Les partitions sont crées, il faut les formater. Commençons par les deux partitions utilisant le format ext4

mkfs.ext4 /dev/sda1
mkfs.ext4 /dev/sda5

 

Formatons maintenant la partition Swap et activons la

mkswap /dev/sda2
swapon /dev/sda2

 

 

3 – Installation du système de base

Les partitions sont crées et formatées il faut désormais les monter afin de pouvoir installer Archlinux.

 

Commencons par monter la partition primaire (/dev/sda1) dans /mnt et la partition Home dans /mnt/home

mount /dev/sda1 /mnt
mkdir /mnt/home
mount /dev/sda5 /mnt/home

 

Lançons maintenant l’installation d’Archlinux

pacstrap /mnt base base-devel

Installer Archlinux

 

Une fois que la base du système est téléchargée et installée, nous allons générer le fichier fstab

genfstab -U -p /mnt >> /mnt/etc/fstab

 

Vérifiez que la génération du fichier fstab ce soit déroulée correctement en utilisant la commande ( vous devriez voir apparaître une liste contenant vos 3 partitions)

cat /mnt/etc/fstab

 

 

4 – Configuration basique du système

Pour passer à la configuration du système lançons un chroot

arch-chroot /mnt /bin/bash

 

a) Localisation

La première étape consiste à configurer la localisation :

  • Modifiez le fichier /etc/locale.conf afin qu’il contienne LANG="fr_FR.UTF-8"
  • Vérifiez que les lignes fr_FR.UTF-8 UTF-8 et en_US.UTF-8 UTF-8 soient décommentées dans /etc/locale.gen

Maintenant générez les traductions avec la commande

locale-gen

 

b) Fuseau horaire

Passons à la configuration du fuseau horaire utilisée par notre machine. Il suffit de créer un lien symbolique vers la bonne zone horaire.

ln -sf /usr/share/zoneinfo/Europe/Paris /etc/localtime

 

Nous voulons que l’heure soit réglée sur UTC

hwclock --systohc --utc

 

c) mot de passe root

Configurez un mot de passe pour l’utilisateur root via la commande

passwd

 

d) Configuration du réseau

Définissez le nom de votre machine pour sa connexion réseau en éditant le fichier /etc/hostname

nano /etc/hostname

 

Activez les connexions réseaux via la commande

systemctl enable dhcpcd

 

e) Installation et configuration de grub

Nous arrivons à la dernière étape de configuration du système, il reste à installer un boot loader, pour cela nous utiliserons grub

pacman -S grub os-prober
grub-install /dev/sda
grub-mkconfig -o /boot/grub/grub.cfg

 

Nous allons maintenant quitter le chroot, démonter les partitions et rebooter le système

exit
umount /mnt
umount /mnt/home
reboot

 

5 – Post installation

a) Installation de Yaourt

Yaourt est un programme en ligne de commande qui complète et améliore les fonctions de pacman, je vous conseille donc de l’installer, pour cela modifiez le fichier /etc/pacman.conf

nano /etc/pacman.conf

 

Ajoutez les lignes suivantes

[archlinuxfr]
SigLevel = Optional TrustAll
Server = http://repo.archlinux.fr/$arch

 

Synchronisez la base de données des packages avec la commande

pacman -Suy

 

Installez yaourt

pacman -S yaourt

 

b) Installation d’OpenSSH

Pour installer openssh nous allons utiliser yaourt que nous venons d’installer

yaourt -S openssh

 

Une fois qu’OpenSSH est installé, modifiez son fichier de configuration en fonction de vos besoins

nano /etc/ssh/sshd_config

 

Enfin rechargez le service et connectez vous via votre client préféré

systemctl reload sshd.service

 

c) Ajouter un compte utilisateur

Créez un utilisateur via la commande suivante

useradd -m -g users -G wheel,storage,power -s /bin/bash nom-de-l’utilisateur

 

L’utilisateur que vous venez d’ajouter appartient aux groupes wheel, storage et power :

  • wheel : ce groupe peut être utilisé pour donner l’accès root à l’utilisateur.
  • storage : accès aux périphériques amovibles
  • power : accès aux fonctions de redémarrage, hibernation, extinction etc.

Configurez un mot de passe pour ce nouvel utilisateur

passwd nom-de-l’utilisateur

 

Afin de permettre à cet utilisateur d’effectuer des tâches administratives nous allons lancer la commande

visudo

 

Dans ce fichier, dé-commentez la ligne suivante

 %wheel ALL=(ALL) ALL

 

Cela signifie que tous les utilisateurs appartenant au groupe wheel pourront lancer des tâches administratives.

 

Sources